mardi 13 juillet 2010

Médiatiseur : une profession intermédiaire en e-learning

Nombreux sont les profs qui nous disent (à nous autres concepteurs de LMS et d'outils e-learning):
- Qu'est-ce que Scorm?
- Doit-on vraiment apprendre tout ce charabia que véhiculent les concepts liés à Scorm (Api, Lms, Javascript, Initialize, Interactions, Objectives, Commit etc..), ou encore à LOM (Dtd, Manifest, Xsd etc..)
- Ne peut-on tout simplement fournir un contenu (sous forme électronique ou papier), donner nos spécifications (adéquation Cours/Evaluation, choix du mode d'évaluation, définition des seuils de remédiation, temps limite, note minimum etc..) et attendre des spécialistes de la mise en forme et de la médiatisation un contenu en ligne, attrayant, bien découpé, ordonnancé selon nos voeux et prêt à être mise à disposition d'un apprenant ou d'une classe en un ou deux clics de souris?
Ces profs ont raison! leur rôle n'est pas d'apprendre un jargon qui n'est pas de leur ressort, d'entrer dans des arcanes incompréhensibles pour faire ce qu'ils sont censés faire rapidement et facilement: prescrire un cours..et faire de la veille dans leur discipline.
Les anglo-saxons l'ont bien compris et très tôt puisqu'à l'origine, Scorm a été mis en place pour une profession très répandue aux Etats-unis et en Grande-Bretagne ainsi qu'au Canada francophone d'ailleurs, la profession de médiatiseur ou de concepteur de ressources multimédia.
Profession peu répandue en France où on considère qu'acheter un outil de création de contenu (Elm, HyperOffice, CourseBuilder, Captivate et autres..) suffit à faire d'un prof un spécialiste de Scorm ou de contenu Flash.
En vérité, et nous sommes peu nombreux à le croire, la médiatisation de contenu pédagogique constitue un très grand réservoir d'emploi qualifié, cette qualification pouvant être acquise à partir de Bac+2 sans grande difficulté et avec peu d'investissement pour peu que nos écoles, nos universités et nos gouvernements y croient..
Si le budget des établissements d'enseignement en général permettait de passer commande de matériau éducatif sous toutes formes électroniques, des petites officines verraient rapidement le jour qui se spécialiseraient dans le domaine.
Cela ferait faire un grand bond en avant à l'enseignement à distance qui, comme chacun sait est source de grandes économies tout en permettant une plus longue formation continue.

1 commentaire:

nemoti a dit…

Bonsoir,
Cela ne résoud aucunement la question de la médiation, c'est-à-dire de l'interelation subjective entre enseignant et apprenant, à moins de considérer que l'informatisation des référentiels de savoir puisse suffire à l'apprentissage.
Gérard Delacour,

#moodle #plugin Block_mindmap_overview coming soon. You can find it on #Github here: https://t.co/ZeselPzOba pic.twitter.com/LXJk0ANb...