dimanche 28 février 2010

Retour sur James Ellroy

Je lis et relis ces jours-ci la saga californienne de James Ellroy (Le Dalhia noir, Le grand Nulle Part..). Une écriture compliquée, qui n'est pas sans rappeler Céline dans "Voyage au bout de la nuit", "D'un château l'autre", Féerie" etc..
Une écriture hachée, violente, contournant et défiant souvent les règles académiques..
Un vrai régal..

samedi 27 février 2010

De l'aliénation religieuse....

Le problème avec les religions, c'est qu'elles sont utiles, sinon nécessaires aux pauvres pour accepter leur pauvreté et aux riches pour valider leur richesse et redistribuer selon leur bon vouloir une infime partie de leur richesse..
Seuls ceux qui arrivent à s'élever (ou à s'abaisser :-)) au niveau de la pensée de Diderot et des lumières arrivent à s'en libérer et à se désaliéner . Encore que, selon la théorie du serpent qui se mord la queue ainsi que des différentes églises, la persistance dans la non-croyance est en elle-même une forme d'aliénation.

jeudi 18 février 2010

Stoppez le Haro sur BHL

Jean-Baptiste Botul a eu raison de la superbe de Bernard-Henri Lévy, de son "moi-je-sais-tout", de son ultra-présence dans les médias (demain, il sera sur France-Inter encore et encore)..
Il a reconnu les faits sur Canal+ et a salué l'artiste en l'occurrence Frédéric Pagès du Canard Enchaîné.
Mais arrêtons le massacre et cela pour une raison majeure parmi tant d'autres.
BHL est le dernier bastion parmi les philosophes ultra médiatisés à être resté fondamentalement de gauche, même si par sa naissance et son alliance, il aurait naturellement fait partie des nantis (Fabius de père antiquaire en est un autre exemple)..
Ne nous trompons pas d'adversaire.
Au sein de la triplette (Finkelkrout,Gluksman,BHL) des philosophes ultra-médiatiques, les deux premiers ont déjà fait allégeance à la nouvelle monarchie républicaine en gestation dans le ventre de Marianne V.
Seul BHL continue à croire aux fondamentaux de gauche, jusqu'à donner des conseils à Besancenot (on a entendu ça sur Canal+)
Arrêtons donc le massacre, parce que nos adversaires ne peuvent que s'en réjouir.