vendredi 24 décembre 2010

Un fonds souverain chinois au secours de l'Europe.

Les pôles se seraient-ils donc inversés? Ce matin sur France-Inter, Bernard Maris disait: "la plus grande dictature du monde vole au secours des plus grandes démocraties du monde".
Pourquoi l'Europe en est-elle arrivée là? Posons plutôt la question autrement:
l'Europe ne serait-elle donc que ce fatras de pays et de peuples égocentriques, repliés sur eux-mêmes, refusant le fédéralisme qui est la seule solution vers une unification?
C'est du moins ce que nous ont servi cette dernière décennie les couples Schröder-Chirac et Sarkozy-Merkel, couples sans aucune envergure ni vision politique à long terme?
Où en serait l'Europe, et quel visage aurait-elle aujourd'hui avec un De Gaulle-Brandt, un Mitterand-Kohl et dans une moindre mesure un Giscard-Schmidt?
Elle n'en serait pas là à quémander quelques subsides du FMI pour sauver la Grèce, berceau de la démocratie, l'Irlande, un pays de 4 millions d'habitants.... Les deux grands pays moteurs de cette Europe auraient déjà unis leurs efforts pour sortir par leurs propres moyens de cette crise et maintenir cette cohésion vitale à tout dessein européen..
Mais que voulez-vous? Merkel insulte presque 3 millions de turcs intégrés dans son pays, jusque dans le Budenstag (il est vrai qu'elle vient de l'Est et que là-bas, il n'y en a pas beaucoup parce qu'y essaiment les groupuscules nazis) et Sarkozy, vous comprenez, les grecs et les portugais !!.
Quelle vision de l'Europe peut-on attendre de dirigeants populistes?